La vie existait peut-être déjà il y a 4 milliards d'années
le géoparc du jbel bani - tata

Vous êtes ici : Accueil > Paléontologie et fossiles > Paléontologie et fossiles > La vie existait peut-être déjà il y a 4 milliards d'années

GJB

La vie existait peut-être déjà il y a 4 milliards d'années

Les plus anciens microfossiles, âgés de 3,5 milliards d'années environ, découverts par le célèbre paléobiologiste américain James William Schopf apportent une nouvelle pièce au débat qu'il a lui-même lancé il y a un quart de siècle. Si lui et ses collègues ont raison, la vie serait apparue il y a au moins 4 milliards d'années.

James William Schopf n'est pas n'importe qui. Professeur en sciences de la Terre à l'université de Californie à Los Angeles, il était chargé de diriger l'équipe de la Nasa dédiée à l'analyse des échantillons lunaires du programme Apollo. Depuis, ce chercheur fouille les archives de l'Archéen et il fut le premier à découvrir des micro-organismes fossiles datant du précambrien dans les sédiments stromatolitiques d'Australie (1965) puis d'Afrique du Sud, de Chine, d'Inde et de Russie (1984).

Pourtant, l'homme et ses collègues n'ont jusqu'à présent pas convaincu la communauté scientifique de la réalité de leur découverte annoncée en 1993 : des microfossiles, probablement de cyanobactéries, censément présents dans une roche du grand désert Pilbara en Australie de l'Ouest, l'Apex Chert.

Les incontestables filaments de carbone mis en évidence à cette époque ont reçu au cours des ans des interprétations différentes. Il pouvait s'agir de structures produites par des processus abiotiques issus des sources hydrothermales chaudes. De plus, l'Apex Chert de Pilbara peut fort bien être le produit de fluides hydrothermaux portés à des températures supérieures à 250 °C, ce qui en ferait un milieu très hostile aux cyanobactéries, un argument plaidant contre la possible présence de microfossiles.

filaments-carbonés L'un des filaments carbonés observés dans une lame mince de la roche de l'Apex Chert. S'agit-il bien d'un microfossile ? © J. William Schopf, UCLA

La preuve par les rapports isotopiques ?

Des études plus poussées ont montré une certaine complexité. S'il s'agissait bien de microfossiles, les organismes dont ils sont l'origine étaient déjà si évolués qu'il fallait repousser l'apparition de la vie de plusieurs centaines de millions d'années dans le passé, donc à l'Hadéen il y a au moins 4 milliards d'années. Mais ces microfossiles pourraient aussi être des contaminations de formes de vie plus récentes.

James William Schopf et ses collègues des universités de Californie et de Wisconsin-Madison viennent de publier un article dans les Pnas dans lequel ils présentent de nouveaux arguments pour étayer leurs hypothèses. Ils ont fait appel à la spectrométrie de masse à ionisation secondaire, ou SIMS (secondary ion mass spectrometry), pour mesurer les rapports des isotopes de carbone 13C et 12C dans 11 microfossiles.

Or, selon ces chercheurs, ces rapports non seulement ne sont pas les mêmes selon les types de microfossiles mais ils sont similaires à ceux aujourd'hui associés à des métabolismes particuliers. À l'aune de cette interprétation, deux des espèces étudiées semblent avoir réalisé une forme primitive de photosynthèse anoxygénique, une autre a apparemment produit du méthane et deux autres semblent avoir consommé du méthane et l'avoir utilisé pour construire leurs parois cellulaires à la façon des archées méthanotrophes.

Les mesures sont le produit d'un travail impeccable selon d'autres experts de la technique SIMS mais des critiques s'élèvent déjà quant à l'interprétation des mesures. Malgré leur qualité, elle serait malgré tout insuffisamment précise pour être considérées comme des signatures différentes et de types différents de filaments carbonés. Or, le cœur de la preuve de Schopf repose sur l'idée que les variations des rapports isotopiques du carbone ne peuvent provenir que de processus biologiques. Si ce n'est pas le cas, c'est le retour à la case départ.

Publié le 19/12/2017

Source Web: futura-sciences

Imprimer l'article

Les articles en relation

Seul sur Mars : un remake en Antarctique ?

Seul sur Mars : un remake en Antarctique ? La Planète rouge ne pardonne pas. Pour tous les prétendants à la colonisation, Seul sur Mars servira d'avertissement... mais aussi d'inspiration. Comme aucun ast

Savoir plus...

Un astéroïde a explosé dans le ciel d’Afrique

Un astéroïde a explosé dans le ciel d’Afrique Découvert le 2 juin, l'astéroïde 2018 L’était sur une trajectoire de collision avec la Terre. Ce qui n'a pas manqué

Savoir plus...

Kilopower, la centrale nucléaire de la Nasa pour les futurs colons de Mars

Kilopower, la centrale nucléaire de la Nasa pour les futurs colons de Mars Pas d'exploration spatiale sans sources d'énergie efficace et fiable. À l'aube de l'arrivée de l'Homme sur Mar

Savoir plus...

Meteor Crater

Meteor Crater Le Meteor Crater est un célèbre et spectaculaire cratère d'impact formé il y a environ 50.000 ans, au Pléistocène, par une météorite ferreuse riche en nickel.

Savoir plus...

Oasis et anti atlas –tata

Tata est une oasis du sud marocain, elle se situe à proximité de la frontière Algérienne sur les contreforts de l’Anti-Atlas. La petite ville de Tata se trouve à 289 km au sud de la ville d&rsqu

Savoir plus...

La Lune contiendrait bien plus d'eau que prévu

La Lune contiendrait bien plus d'eau que prévu Des colons lunaires auraient besoin d'eau pour boire bien sûr mais aussi pour produire l'oxygène de l'air à respirer et le carburant des lanceu

Savoir plus...

Comment se forment les fossiles ?

Comment se forment les fossiles ? Comparés aux innombrables organismes qui finissent réduits en poussière, les fossiles sont rares et donc d'autant plus précieux pour les paléontologues qui les

Savoir plus...

La Nasa découvre une autre planète de la taille de la Terre dans une «zone habitable» (Géoparc Jbel Bani)

La Nasa découvre une autre planète de la taille de la Terre dans une «zone habitable» (Géoparc Jbel Bani) Située à cent années-lumière de notre planète, «TOI 7

Savoir plus...

Les plumes de ces oiseaux qui volaient il y a 100 millions d'années surprennent les paléontologues

Les plumes de ces oiseaux qui volaient il y a 100 millions d'années surprennent les paléontologues Elles ont été prises au piège de l’ambre il y a quelque 100 millions d’année

Savoir plus...

La Nasa veut apprendre à jardiner dans l’espace

La Nasa veut apprendre à jardiner dans l’espace Faire pousser des plantes dans l'espace, ce n'est pas une mince affaire. La gravité manque. L'eau ne coule pas. La lumière et le vent ne sont qu&#

Savoir plus...

Context geoghraphique , geologique et hydrogeologique

Context geoghraphique , geologique et hydrogeologique Professeur Bakkali Saad et Professeur Bouyalaoui Jaâfar Universidad de Guadalajara Guadalajara, México La zone étudiée appartient géographi

Savoir plus...

Mars InSight : un géophysicien sur Mars

Mars InSight : un géophysicien sur Mars La mission InSight, qui a pour but d'étudier l'intérieur de la planète Mars, est tout à fait originale. L'instrument principal de cet atterrisseur

Savoir plus...

Les tags en relation

Recherche du site

Recherche avancée / Spécifique

Géoparc et Recherche Scientifique

Le coins de l’étudiant

Blog Géoparc Jbel Bani

Découvrez notre escpace E-commerce


Pour commander cliquer ci-dessous Escpace E-commerce

Dictionnaire scientifique
Plus de 123.000 mots scientifiques

Les publications
Géo parc Jbel Bani

Circuits & excursions touristiques

cartothéques

Photothéques

Publications & éditions