Des chercheurs espagnols et marocains étudient l'art préhistorique du sud du Maroc
le géoparc du jbel bani - tata

Vous êtes ici : Accueil > Histoire - pré histoire > Préhistoire et TSGJB - AMDGJB > Des chercheurs espagnols et marocains étudient l'art préhistorique du sud du Maroc

Des chercheurs espagnols et marocains étudient l'art préhistorique du sud du Maroc

Un groupe de chercheurs espagnols et marocains s’est lancé dans la troisième phase d’une étude archéologique portant le nom de «Projet Tamanart». Celle-ci concerne l’art préhistorique dans des sites rupestres à Tan-Tan et Tachoukalt au sud du Maroc. L’objectif de ces recherches menées par une vingtaine d’institutions est de définir les séquences chronologiques de l’art rupestre dans cette région jusque-là très peu explorée. Détails.

Les vestiges du sud du royaume sont l’objet d’une étude menée par des chercheurs espagnols et marocains. Ces derniers se sont lancés dans un programme archéologique intitulé «Projet Tamanart» afin d’en savoir plus sur les contours de l’art préhistorique dans des sites situés à Tan-Tan et Tachoukalt dans le sud du pays. L’étude a été entamée ce mois et se donne comme objectif de définir les séquences chronologiques de l’art rupestre dans cette région du royaume jusque-là très peu explorée.

Le «Projet Tamanart» bénéficie de l'appui du ministère de l'Education, de la Culture et du Sport espagnol. Il est encadré par le programme «Projets Archéologiques de l'Extérieur» de l'Institut du patrimoine culturel espagnol et du ministère de la Culture marocain, explique l’Agence ibéro-américaine pour la diffusion de la science et de la technologie (DICYT). Ce projet a été entamé en 2012, il en est à sa troisième phase. Les recherches sont menées par l'Université nationale d'enseignement à distance (UNED) et le Centre du patrimoine national rupestre du Maroc.

L'équipe comprend des spécialistes d’une vingtaine d’institutions différentes, des universités et des centres de recherche. Elle est multidisciplinaire avec la présence d’archéologues, d’anthropologues, de géologues, de chimistes, de géomètres, de conservateurs, d’historiens spécialisés dans la culture  amazighe (berbère), de photographes et de documentalistes.

Troisième saison du «Projet Tamanart»

C’est en 2011 que l'UNED a conclu un accord avec la Direction du patrimoine culturel du Maroc pour étudier ces sites rupestres, accord qui a permis de mettre en place le «Projet Tamanart». Trois années plus tard, l'équipe s’est lancée dans sa troisième mission dans la région. Celle-ci permettra de conclure l’enquête réalisée depuis deux ans sur le site de Tachoukalt et de commencer par la suite des études sur celui de Tan-Tan, comme le souligne Servimedia. «Un de nos objectifs est de définir la séquence chronologique de l'art rupestre dans cette région du Maroc qui pourrait être extrapolée à une zone plus large de l'Afrique du Nord», explique Marti Mas, professeur au département de Préhistoire et d'Archéologie de l'UNED et co-directeur du projet avec Abdelkhalek Lemjidi, professeur à l'Institut national des sciences et du patrimoine archéologique au Maroc.

La vallée Tamanart est située dans l’Anti-Atlas, une chaîne de montagnes arides aux bords du désert du Sahara. De nombreux affleurements rocheux en forme de collines et de crêtes, avec des milliers de peintures et gravures rupestres apparaissent sur les rives de la lie asséchée du fleuve Tamanart pratiquement vierge, souligne la même source.

Après Tachoukalt, cap sur Tan-Tan

En 2012 et 2013, les deux premières années de l’étude, les chercheurs s’étaient intéressés à Tachoukalt, l’un des sites les plus emblématiques de la vallée. En 2013, la seconde mission a permis de faire une approche globale du site. Celui-ci est formé par deux montagnes opposées, avec une rivière coulant sur Tamanart. Ses roches, panneaux, représentations, sa diversité technique et stylistique des archéologies enregistrées suggèrent qu'il pourrait contenir les plus anciens motifs de la région. «Nous allons à plus de 10 000 ans, mais il est encore trop tôt pour donner des détails», explique toutefois Marti Mas.

Les chercheurs ont étudié un total de 108 panneaux rupestres au sud de la colline de Tachoukalt 1, notamment des empreintes de formes animales, de chèvres, d’éléphants, de girafes et d’oiseaux ainsi que certaines figures humaines très schématiques et de nombreux signes abstraits. Pour cette année, ils espèrent compléter leur documentation sur le site pour obtenir des résultats chronologiques. L'enregistrement et l'analyse de la zone du site de Tan-Tan ont été aussi entamés. La particularité de l'ensemble de cette roche, située dans la région de Azguer, est qu'elle se compose de peintures, une technique unique au Maroc, où les gravures abondent, détaille la source.

3D, cartographie par satellite, photographie sphérique…

«Nous espérons identifier l'art des chasseurs-cueilleurs, les premiers agriculteurs et la culture amazighe, jusqu'à aujourd'hui», fait savoir Marti Mas. Les résultats de l’étude permettront ainsi de mieux comprendre les us et coutumes des anciens habitants de la région. «L'art est le reflet plastique de la société qui le crée», renchérit Monica Solis. À moyen terme, l'équipe envisage d'ouvrir même un centre de recherche dans la région, qui est déjà construit et servira ainsi à diffuser des études archéologiques de la vallée pour les visiteurs, étudiants, chercheurs et enseignants.

Les chercheurs ont utilisé diverses technologies innovantes au cours de l'étude. «Le développement global de toutes les techniques que nous utilisons est très innovant, à la fois pour le Maroc et l'Espagne», explique Solis, professeur agrégée au Centre UNED de Madrid et membre du projet. L'instrumentation nécessaire a été déployée pour effectuer l'arpentage 3D, la cartographie par satellite, les patines géologiques, physiques et chimiques, l’analyse des pigments, la datation absolue, les photographies sphériques, la documentation numérique et les études archéologiques.

Source web par yabiladi

Imprimer l'article

Les articles en relation

Ouarzazate colloque Espace oasien : Pour la préservation du patrimoine matériel et immatériel

Ouarzazate colloque Espace oasien : Pour la préservation du patrimoine matériel et immatériel Un énième colloque autour de l’espace oasien. Va-t-on aboutir à une politique d’inter

Savoir plus...

Quand Léonard de Vinci décodait les fossiles

Quand Léonard de Vinci décodait les fossiles Un tableau de Léonard de Vinci, Salvator Mundi, s'est vendu aux enchères à un prix record de 382 millions euros le 15 novembre 2017. Mais Léon

Savoir plus...

Les mille et un atouts des plantes aromatiques et médicinales

Les mille et un atouts des plantes aromatiques et médicinales Améliorer la qualité pour servir au mieux l’économie sociale Plus de mille coopératives opérant dans le domaine des pl

Savoir plus...

A short overview of the Anti-Atlas, Morocco

A short overview of the Anti-Atlas, Morocco DR.Hervé Rezeau, DR.Cyril Chelle-Michou & DR.Michael Calder            SEG Student Chapter of Geneva (Switzerland)  &nb

Savoir plus...

Liste de Géoparcs mondiaux UNESCO

Liste en anglais Last updated in 2016   pays nom des geoparcs adress Austria Styrian Eisenwurzen UNESCO Global Geopark arkt35,8933 St Gallen,Austria

Savoir plus...

Le caméléon commun

Le caméléon commun Le caméléon (حرباء en Arabe, تاتا en Darija ) est un reptile diurne et arboricole, il ne descend que rarement à terre. Il vit en solitaire et se montre très territor

Savoir plus...

Tachokalt et Tanzida revisités

Localisation et historique Les stations rupestres de Tachokalt et de Tanzida se trouvent à 23 kilomètres au sud de la localité de Fam el-?isn. Les gisements de gra-vures se situent aux droits de rides gréseus

Savoir plus...

Cet aéronef à 18 rotors est un jouet pour adultes

Cet aéronef à 18 rotors est un jouet pour adultes Conçu par une jeune pousse américaine, Hexa est un adav équipé de 18 rotors qui se pilote aisément à l'aide d'un joysti

Savoir plus...

CENTRAL ANTI-ATLAS TRAVERSE: the northern border of the West African Craton

CENTRAL ANTI-ATLAS TRAVERSE: the northern border of the West African Craton By DR. M. OUKASSOU, DR. H. EL HADI, DR. F. HAISSEN, DR. N. SABER ITINERARY and OBJECTIVES The  south  of  Morocco  is  one&nbs

Savoir plus...

Guelmim La danse de la guedra

Guelmim est considérée comme la porte du Sahara au Maroc. La ville était autrefois un centre caravanier sur la route de Tombouctou. Aujourd’hui, c’est un lieu important de commerce et d’écha

Savoir plus...

Changement climatique : Quel scénario pour le Maroc en 2050 ?

Changement climatique : Quel scénario pour le Maroc en 2050 ? L’Institut royal des études stratégiques vient de publier son dernier rapport L’Institut estime que la sécurité alimentai

Savoir plus...

Curcumine

Curcumine La curcumine est un pigment de la famille des polyphénols qui donne sa couleur jaune au curcuma, une épice présente dans le curry indien. Le curcuma est aussi appelé "safran des Indes".

Savoir plus...

Les tags en relation

Recherche du site

Recherche avancée / Spécifique

Géoparc et Recherche Scientifique

Le coins de l’étudiant

Blog Géoparc Jbel Bani

Découvrez notre escpace E-commerce


Pour commander cliquer ci-dessous Escpace E-commerce

Dictionnaire scientifique
Plus de 123.000 mots scientifiques

Les publications
Géo parc Jbel Bani

Circuits & excursions touristiques

cartothéques

Photothéques

Publications & éditions