Mrirt: observation d’un caracal
le géoparc du jbel bani - tata

Vous êtes ici : Accueil > Qu'est ce que l'Ecologie > Qu'est ce que l'Ecologie > Mrirt: observation d’un caracal

Mrirt: observation d’un caracal

Un ornithologue marocain a observé un caracal à l’état sauvage, la semaine dernière, dans la région de Mrirt.
Encore une de ces nouvelles qu’on aime. Le Dr Imad Cherkaoui, Ornithologue Marocain a fait une rencontre des plus enchanteresses. Voici ce qu’il a confié à Ecologie.ma:
«Ce 20 Janvier, je roulais doucement en voiture, dans la route entre Azrou et Mrirt. Il était 20h 30 et il faisait déjà nuit. Arrivé à un virage j’ai vu une silhouette sur le bord de la route. J’ai cru au début à un rocher, mais en m’approchant je voyais qu’il s’agissait d’un animal. Quelle fut mon émotion quand j’ai reconnu l’espèce en question: un caracal! Sa taille était supérieure à celle d’un chat, Il s’agissait d’un caracal adulte qui avait une proie dans la gueule.  C’était la première fois que j’observais un caracal à l’état sauvage !»

(Photo d’illustration. Crédit DR)

Le caracal est un bon chasseur très discret est très peu observé au Maroc. Rappelons que des observations de caracal avaient été rapportées en Janvier 2014.
Voici ce que Fabrice Cuzin (spécialistes des mammifères du Maroc) écrit dans sa thèse à propos du caracal (extraits) :
« Le caracal s’approche parfois de l’homme, pour visiter en particulier les milieux de cultures irriguées. C’est un prédateur très efficace, qui, selon plusieurs informateurs, s’attaque parfois au petit bétail et aux volailles, aussi bien au Maroc (plusieurs informateurs) qu’en Afrique du Nord et au Moyen Orient, avec des cas d’attaques très destructives sur des animaux parqués (Weibstein & Mendelsohn 1990, Heptner & Sludskii 1992, Dragesco-Joffé 1993). 
L’espèce est protégée par la loi, mais cette protection est peu appliquée, plusieurs animaux ayant été tués par des chasseurs après 1959. La dégradation des milieux peut contribuer à la régression de l’espèce, par destruction du couvert végétal, et diminution de la biomasse des proies. Etant donné la raréfaction du chacal doré, les phénomènes de compétition avec cette espèce (Weibstein & Mendelsohn 1990) auraient pu avoir un effet favorable sur le caracal, si les effectifs de ce dernier ne s’étaient effondrés.
La densité de l’espèce est manifestement extrêmement faible, et il est très probable que l‘espèce ait totalement disparu de nombreuses régions.
En 1996, l’espèce était considérée au niveau national comme en danger « Endangered », à  »Data deficient », vu la rareté des données (Cuzin 1996).
Afin d’assurer la conservation de l’espèce, il serait indispensable que la loi concernant sa protection soit effectivement appliquée, en particulier en matière de destructions dans les réserves de chasse. »

Caracal éventré photographié par un lecteur d’Ecologie.ma vers Ain Leuh en 2014. (Photo: Salim Meghni)

Source : http://www.ecologie.ma/mrirt-observation-dun-caracal/

 

Imprimer l'article

Les articles en relation

Le ratel au Maroc persécuté par les apiculteurs (Étude)

Le ratel au Maroc persécuté par les apiculteurs (Étude) Le ratel est bel est bien présent dans les écosystèmes marocains. L’animal qui est connu pour son instinct de survie et sa r&eac

Savoir plus...

Les plus anciens vestiges fossiles d'animaux consommés en grotte découverts au Maroc (Géoparc Jbel Bani)

Les plus anciens vestiges fossiles d'animaux consommés en grotte découverts au Maroc (Géoparc Jbel Bani) C’est dans la Grotte des Rhinocéros, près de Casablanca, que des chercheurs ont d&e

Savoir plus...

Les tags en relation

Recherche du site

Recherche avancée / Spécifique

Géoparc et Recherche Scientifique

Le coins de l’étudiant

Blog Géoparc Jbel Bani

Découvrez notre escpace E-commerce


Pour commander cliquer ci-dessous Escpace E-commerce

Dictionnaire scientifique
Plus de 123.000 mots scientifiques

Les publications
Géo parc Jbel Bani

Circuits & excursions touristiques

cartothéques

Photothéques

Publications & éditions