Le gecko casqué
le géoparc du jbel bani - tata

Vous êtes ici : Accueil > Zoologie > Zoologie de TSGJB – AMDGJB > Le gecko casqué

GJB

Le gecko casqué

Le gecko casqué (Tarentola chazaliae) est un lézard de petite taille qui ne dépasse pas 10 cm de longueur. Il doit son nom à la forme de sa tête qui rappelle celle d’un casque. Sa coloration peut varier selon les individus. Le gecko casqué peut être brun, gris ou couleur sable tacheté de points sombres.

Helmetedgecko

Tarentola-chazaliae

On peut distinguer les geckos mâles par des loges hémi pénienne qu’ils ont à la base de la queue. La femelle, généralement plus grande possède un dessin plus marqué et plus sombre. La base de sa queue est plus mince que celle du mâle.

Même si ce gecko fait partie du genre Tarentola, contrairement aux espèces du même genre, celui ci n’est pas arboricole mais essentiellement terrestre. La Tarentola chazaliae est strictement nocturne et mais peut occasionnellement se chauffer au soleil matinal.

On trouve le gecko casqué à l’état sauvage, dans une seule localisation : Le long de la côte atlantique du sud d’Agadir jusqu’au Sénégal.

Le biotope du gecko casqué est composé de terrains sableux ou rocailleux à végétation éparse. Les hivers conservent une certaine douceur du fait de la proximité océanique et les étés peuvent être torrides. Il est rare que ce gecko s’éloigne de plus de 5 km de la côte. Le reptile trouve refuge sous des pierres, dans des galeries de rongeurs, sous des débris divers comme des souches. Le gecko casqué ne creuse pas de terriers.

La maturité sexuelle intervient vers l’âge de 8 à 10 mois. Les mâles durant la période de reproduction émettent des cris rauques. Le gecko casqué est insectivore.

Le gecko casqué Tarentola chazaliae a fait son entrée dans la catégorie « Vulnérable » dans la liste des  4800 nouvelles espèces inscrites sur la Liste rouge 2013.1 de l’UICN. Essentiellement menacée à cause des prélèvements sauvages, la tarentola chazaliae est souvent capturées pour être vendue comme espèce exotique destinée à des terrariums privés au delà des frontières des pays où elle vit encore.

Source web par ecologie

Imprimer l'article

Les articles en relation

Trek dans les dunes de Merzouga et la palmeraie de Skoura au Maroc

Trek dans les dunes de Merzouga et la palmeraie de Skoura au Maroc Aux portes du désert du Sahara se trouvent les dunes de Merzouga. C'est l'un des deux plus grands ergs du Maroc avec celui de Chegaga mais c'est ic

Savoir plus...

Le phoque moine

Le phoque moine Le nom latin du phoque moine de Méditerranée est Monachus monachus. On l’appelle phoque moine car avec sa couleur brune et son cou qui fait des replis, on dirait qu’il porte une capuche comme cel

Savoir plus...

Réchauffement climatique. Jean Jouzel, climatologue : "Nous n'avons que trois ans pour agir"

Réchauffement climatique. Jean Jouzel, climatologue : "Nous n'avons que trois ans pour agir" Le climatologue Jean Jouzel tire la sonnette d'alarme au JDD sur les risques du réchauffement climatique. Se

Savoir plus...

Les conséquences du réchauffement climatique

Les conséquences du réchauffement climatique Les experts prévoient que le changement climatique en cours résultant des activités humaines aura quelques conséquences que l'on peut qualifie

Savoir plus...

Khamlia, le village Gnawa

Khamlia, le village Gnawa Etabli à sept kilomètres de Merzouga, le village de Khamlia est un lieu insolite qui témoigne des traces indélébiles du commerce transsaharien, ici de la pire sorte, sur l&

Savoir plus...

Le record de chromosomes détenu par un papillon maghrébin

Le record de chromosomes détenu par un papillon maghrébin Dans tout le règne animal, l’espèce qui comporte le plus grand nombre de chromosomes est un papillon du Maroc : l’azuré de l&rsq

Savoir plus...

FAO: Pourquoi le cactus devrait être une "culture essentielle" au Maroc

FAO: Pourquoi le cactus devrait être une "culture essentielle" au Maroc Durant les périodes de sécheresse ou dans les zones arides, le cactus et la figue de Barbarie devraient constituer un atout pr&eacu

Savoir plus...

MASSIF DU SIROUA

MASSIF DU SIROUA H. ADMOU1 & A. SOULAIMANI1 Structure géologique Le Massif du Siroua a été visité au début du XXème siècle par L. Gentil (1905). Il se situe dans la zone cen

Savoir plus...

Le caméléon commun

Le caméléon est un reptile diurne et arboricole, il ne descend que rarement à terre. Il vit en solitaire et se montre très territorial sauf au moment de la reproduction. Les caméléons sont le

Savoir plus...

Le Pommier de Sodome

Le Pommier de Sodome Très fréquent au Maroc dans les régions arides, le Pommier de Sodome (Calotropis procera) est très utilisé dans la pharmacopée traditionnelle malgré sa toxicit&eac

Savoir plus...

Les tags en relation

Recherche du site

Recherche avancée / Spécifique

Géoparc et Recherche Scientifique

Le coins de l’étudiant

Blog Géoparc Jbel Bani

Découvrez notre escpace E-commerce


Pour commander cliquer ci-dessous Escpace E-commerce

Dictionnaire scientifique
Plus de 123.000 mots scientifiques

Les publications
Géo parc Jbel Bani

Circuits & excursions touristiques

cartothéques

Photothéques

Publications & éditions